BIENVENUE SUR LE SITE DE L’UNION DES MAMANS D’ENFANTS HANDICAPÉS.

A l’origine de l’Union des Mamans d’Enfants Handicapés, quelques mères d’enfants handicapés qui se sont réunies en 2011 sur Facebook pour sortir de l’isolement, partager et échanger sur leurs quotidiens intenses.

Notre réseau a progressivement grandi au fil du temps et de quelques unes, nous sommes devenues dizaines. Puis centaines… Puis milliers !

Aujourd’hui l’Union des Mamans d’Enfants Handicapés est devenue une association de loi 1901 et rassemble sur ses réseaux plus de 17000 femmes !

DERNIÈRES ACTUALITÉS

Rentrée scolaire : une manifestation organisée le 29 août à Paris par Mona, mère d’une enfant handicapée sans solution.

Mona Jafarian se bat pour que sa fille âgée de sept ans, Panthéa, atteinte d’une maladie génétique, puisse accéder à l’éducation. La fillette n’a été acceptée dans aucune école et aucun établissement spécialisé ne peut la prendre en charge dans l’immédiat. Elle encourage les parents dans sa situation a venir manifester devant le Ministère de la Santé.

Lire l'article

Rentrée scolaire : « un enfant handicapé sur cinq sera privé d’école » selon l’UNAPEI.

Malgré le cumul des promesses politiques, l’école inclusive, censée apporter une éducation digne et de qualité à tous les enfants, n’atteint pas ses objectifs. Cette année encore, de nombreux enfants handicapés seront scolarisés seulement quelques heures par semaine, voire pas du tout. Une association de parent et un syndicat dénoncent.

Lire l'article

« Nous ne pouvons plus nous contenter de mesurettes et de saupoudrages » : un collectif de parents d’enfants handicapés tire la sonnette d’alarme.

Des parents déterminés d’enfants handicapés ont fondé le collectif Les Babis Souffrent pour dénoncer le manque de moyens alloués par l’Etat à la gestion de l’Institut d’Education Motrice (IEM) fréquenté par leurs enfants. Ils pointent du doigt un abandon et une mise en danger de leurs enfants. Une pétition a été lancée.

Lire l'article

Stérilisation des femmes déficientes mentales : la réalisatrice Aurélie BOCK veut briser le silence avec un court-métrage.

Avec le court-métrage Moi si j’étais une femme, la réalisatrice Aurélie Bock porte à la connaissance du public les sujets de l’accès à la contraception et du consentement des femmes déficientes mentales lors d’actes médicaux irréversibles. Le projet, dont le tournage est prévu à Grenoble pour ce mois d’août, a reçu le soutien du Centre National du Cinéma (CNC).

Lire l'article